Renaissance florale

Les poètes l’ont souvent souligné, comme la poétesse américaine Anne Bradstreet qui avait écrit : « S’il n’y avait pas d’hiver, le printemps ne serait pas si agréable ».
Le printemps serait-il encore le printemps si tout était différent ? Qui n’a pas connu l’hiver a peu de chance d’avoir fait l’expérience du printemps.
Il y a dans notre comportement quelque chose d’inquiétant et de fascinant à devenir dès le printemps des « fourmis héliotropes » qui prélèvent et manipulent parfois avec un but vénal ou décoratif, ce qui symbolise avec le plus de grâce cette profusion de vie et de couleurs, à savoir les fleurs.
Cette saison est pour la nature le moment choisi pour bourgeonner et croitre, et notre part animale y est fortement sensible. Au-delà de la douceur perçue par nos sens c’est aussi une manière de se remémorer que la vie peut permettre des instants simples où tout est encore possible.

Anémones, pulmonaires et jonquilles

Anémone des bois

Anemone nemorosa


Elle tapisse littéralement les sous-bois, l’anémone sylvie capte la lumière crépusculaire.

Pulmonaire officinale

Pulmonaria officinalis


Affectionnant les zones fraiches, humides et ombragées, la pulmonaire officinale pourrait faire penser à une primevère officinale, mais ce n’est pas la même famille.

Pulmonaires officinales

Pulmonaria officinalis


Le défrichement d’un talus a permis leur présence en grand nombre.

Narcisse jaune

Narcissus pseudonarcissus


Appelé à tort « jonquille », le narcisse jaune est la principale source des bouquets printaniers.

Narcisses jaunes

Narcissus pseudonarcissus


Les narcisses aussi profitent de la lumière printanière.

Scilles, pervenche et coucher de soleil

Scille à deux feuilles

Scilla bifolia


Les scilles à deux feuilles sont des printanières que l’on peut confondre avec des jacinthes, mais leurs fleurs en forme d’étoile ne trompent pas.

Scille à deux feuilles

Scilla bifolia


Ses fleurs peuvent être bleues, roses ou blanches, même si généralement c’est le bleu qui domine.

Petite pervenche

Vinca minor


Dans les haies ou les sous-bois, comme la petite pervenche peut persister pendant des siècles au même endroit, on peut parfois penser qu’elle indique une antique présence humaine.

Coucher de soleil

Coucher de soleil


Demi-cercle rougeoyant disparaissant à l’horizon, des fleurs se fanent, d’autres vont éclore, les astres dictent le rythme.

4 réflexions sur « Renaissance florale »

  1. Bonjour Fab,
    Tu nous reviens avec encore une magnifique série d’images bien printanières!
    Ton narcisse en particulier est une merveille, un soleil à lui tout seul tout en délicatesse et teintes teintes subtiles, il rayonne la force et la fragilité à la fois! Bises et bon printemps 🙂

    • Hello Noushka, 😀
      Maintenant c’est vraiment le printemps, même s’il pleut ici, et il faut en profiter, car c’est une saison tout aussi flamboyante qu’éphémère.
      Je l’ai bien choisi ce narcisse alors, dans une petite colonie de narcisses pas très dense.
      Merci, bises et à bientôt.

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *