Comme un charme

On a laissé ouverte la fenêtre du printemps, chants et vols d’oiseaux entrecoupés des derniers cris de grues et d’oies sauvages, on respire, on marche, on reprend le temps, une fraîche douceur comme une lumière obscure entre dans les pupilles.
Bien qu’elle soit toujours enserrée dans les résidus de sa gangue hivernale, la nature se porte comme un charme, pousses, boutons, fleurs, papillons, fourmis tous se réveillent d’un long sommeil et se remettent à l’ouvrage.
Si l’arbre garde un passage du temps qui se fige, la petite fleur nous promet du renouveau et le charme n’est pas si rompu.

Lire

Le dégel

L’atmosphère se détend, un peu de chaleur vient briser la glace en cette fin de mois de février.
Les rus quittent leur hibernation et dévoilent un embonpoint que l’on ne reconnait guère en plein été.
Déjà les sittelles doivent s’activer pour inspecter chaque arbre et débarrasser ceux-ci de ses passagers clandestins.
En attendant, au canal latéral à la Loire, le cristal libère de son cercueil de glace les signes du renouveau.

Lire

Le froid de canard

On pourrait s’attendre dans un contexte de style Grand Nord à n’entendre que le souffle du vent glacial dans nos oreilles.
Or la Bernache du Canada n’est pas très silencieuse et le bord de l’eau est loin d’être un désert sans vie.
C’est ainsi que le vaillant promeneur bien équipé peut croiser canards, chevaliers, aigrettes, grues, cygnes et oies sauvages.
Sous l’œil calme du Canard colvert, stoïque.

Lire

La Loire des glaces

Le froid s’invite dans notre espace, gèle nos membres et dévore du mégawatt.
Est-ce le Sphinx des glaces de Jules Vernes, mystère magnétique qui nous attire là, nous prenant au piège d’une mort certaine ?
Ou l’Agloolik, esprit inuit vivant sous la glace qui guide le chasseur/pêcheur vers la source de sa survie.
C’est sûr, la brûlure glacée nous rapproche de la flamme et nous rappelle à notre feu intérieur, où l’énergie se retrouve parfois au cœur de la tomme.

Lire

Entre-temps

Perpétuel recommencement la fin d’une année annonce le début d’une autre.
Ce n’est pas la saison la plus prolixe en photographie, mais cela permet de retrouver dans les archives quelques photographies inédites, écartées pour diverses raisons.
C’est aussi l’occasion de « penser » sa future technique.
Voici tout de même quelques clichés présents et passés, pour patienter pendant la longue saison d’hiver.

Lire

Lézardes d’hiver

Les prémices du réveil de la nature s’observent dans les lézardes de l’hiver, lézards des murailles et cygnes tuberculés savent apprécier les douceurs des rayons du soleil.
Le niveau de la Loire ayant baissé, ses berges deviennent accessibles, le pêcheur reprend l’avantage sur le castor.
Les cygnes peuvent encore filtrer la vase des bras de Loire aux couleurs sombres et verdâtres.
Et le lézard pointe le bout de son nez.

Lire

Les oiseaux au jardin II

Encore cet hiver rigoureux qui commence à jaunir par le gel les herbes des prés où se dressent encore ci et là de ternes et fantomatiques silhouettes d’ombellifères.
Au jardin, qui fait bien pâle figure en cette saison, les oiseaux luttent pour leurs graines, bonnes ou mauvaises, chacune est défendue, et l’une comme l’autre finit dans leurs petits estomacs.
Même madame le gros bec n’hésite pas à présider cette vaste assemblée.

Lire