Les polices de caractères

« L’écriture est la peinture de la voix. »
– Voltaire

Même si les principaux systèmes d’exploitation embarquent un lot suffisant de polices de caractères, on peut avoir besoin d’une police originale pour un besoin particulier, comme un fairepart par exemple. Il faudra alors choisir et acquérir, cela peut se dérouler très simplement, on choisit ce qui nous plait sur un site internet comme dafont, et on télécharge la police. Mais c’est dommage d’ignorer les bases de la typographie et de méconnaitre les différentes familles de caractères, leur classification et leur histoire, comme il est aussi mal avisé de ne pas effectuer une petite recherche pour dénicher les trésors du net.

Dans les familles, on ne manque jamais de caractères

typos
Deux grandes familles se distinguent particulièrement, les linéales et les autres à empattement(en anglais un empattement se dit serif on trouvera donc les « serif » et les « sans-serif » sur les sites anglophones, une linéale est une sans-serif).

Il faut savoir qu’une police serif possède des caractères avec des empattements, vous savez comme les lettres latines lorsqu’elles sont gravées, des « pattes » qui servent à assurer la cohérence visuelle horizontale des lettres. Ces polices s’utilisent pour les impressions papier et se retrouvent parfois dans les livres ou revues, il en résulte une élégance classique.
La police la plus connue et représentative de cette famille est Times New Roman.

Les polices sans-serif n’ont pas d’empattements, cette absence d’ornements les rend très lisibles, une utilisation donc idéale pour les écrans d’ordinateur, ou des affiches. Les signalisations routières sont évidemment des linéales.
L’exemple le représentatif sur votre ordinateur est la police Verdana.

Il existe plusieurs classifications et bien d’autres familles de caractères, comme les scriptes(qui imitent l’écriture manuelle), les mécanes (inspirées de la période industrielle), les didones (caractères de transition entre le Premier Empire et la royauté de l’ancien régime), etc.

Vous pouvez trouver en librairie une multitude de livres sur le sujet, notamment pour en savoir plus sur la composition le petit manuel de composition typographique de Muriel Paris, il existe aussi quelques sites internet bien documentés comme typographie.org. Si cela semble trop rébarbatif, on peut même découvrir l’histoire des caractères à travers une superbe application ludique Type:rider.

Dénicher des caractères bien trempés

typos-sites
Il faut bien reconnaitre ces points essentiels sur la nature des polices de caractères disponibles au téléchargement sur internet :
— Certaines polices sont disponibles pour une utilisation commerciale, d’autres sont réservées à un usage personnel.
— Et parmi celles-ci certaines sont gratuites et d’autres sont payantes.

Et il faut savoir aussi que celles qui sont incluses avec le système d’exploitation sont chacune sujettes à des conditions d’utilisation spécifiques, vous voilà prévenus.

Il est possible d’acheter des polices pour les utiliser, généralement on a alors accès à des familles de polices de grande qualité, parfois crées par de grands noms de la typographie comme le français Jean François Porchez et sa fameuse « Parisine », myfonts.com est assez complet dans ce domaine, mais un achat doit être motivé par un besoin particulier et professionnel.

Une ressource gratuite est parfois suffisante, fontsquirrel.com est alors une bonne adresse, on peut y trouver une grande bibliothèque de familles entières, gratuites et libres de droits de caractères, ainsi que des échantillons de polices payantes, son point fort est aussi de pouvoir créer un jeu de police optimisé pour une utilisation en ligne, le webfont generator, mais ceci est plus particulièrement utile pour les webdesigners.

L’incontournable Dafont fera aussi parfaitement l’affaire pour un usage plus occasionnel, les polices sont souvent gratuites, parfois pour un usage personnel, en échantillon ou 100% gratuites.

Si vous êtes à l’affut de polices intéressantes, smashing magazine fait pour vous une sélection de ressources intéressantes, à suivre et dénicher dans sa catégorie « freebies ».

C’est encore mieux d’avoir quelques adresses confidentielles, celle de Pia Frauss vous permettra d’accéder à des styles très calligraphiques, réservés à un usage privé ou à valeur éducative, disponibles à l’achat pour un usage commercial.

Et ce n’est que le début, pour une liste riche et variée de sites à visiter, consultez ce billet de chez discoverbusiness.us.

Les outils divers de l’amateur de typos

typos-tester
Il peut arriver lorsque vous lisez un magazine de trouver une police d’écriture très séduisante, mais voilà vous ne savez pas de quelle police il s’agit et vous ne trouverez aucune information utile dans le magazine pour vous aider, la solution le site Identifont, qui vous permettra étape par étape d’identifier votre police préférée.

Pour un public plus averti en webmastering, lorsque l’on désire afficher sur son site des caractères lisibles et qui correspondent au style que l’on souhaite il nous faut auparavant effectuer des tests sur la taille, la graisse, l’espace, etc.
Pour nous aider dans cette tâche il existe plusieurs sites intéressants, comme le site de comparaison de fontes Typetester. Ainsi l’on peut essayer en temps réel les différentes polices disponibles dans divers style tout en vérifiant que celle-ci reste agréablement visible.

Pour les passionnés, le blog justcreativedesign vous présente les 30 polices les plus utilisées ainsi que leurs principes d’utilisation(article en anglais).

5 réflexions sur « Les polices de caractères »

  1. 😉

    J’ai vu qu’il existait des extensions pour transformer des titres en images suivant une police que l’on a choisie pour son blog, pour WordPress c’est TTf titles, cela est très cool mais je crains des problèmes d’accessibilité.

  2. Merci pour tous ces liens. J’aime la typo et la calligraphie, et le choix d’une fonte est très personnel. Dans ce domaine, je crois que le webdesign est en pleine ébullition, et qu’il sera bientôt possible d’utiliser n’importe quelle fonte dans une page web (elle se « chargera » sur l’écran du visiteur, un peu comme une image). ça serait une vraie révolution qui me plairait bien!

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *