Richard Tepe

Plantes, fleurs, oiseaux, paysages, scènes de vie, Richard Tepe est un photographe passionné qui complétait lui aussi sa passion avec une connaissance naturaliste.

Petit diaporama non exhaustif de ses clichés, dans la nostalgie d’un autre temps, qui n’est pas le nôtre mais qui lui ressemble tant.

Visions d’un passant, (« Rien ne passe après tout si ce n’est le passant » J.d’Ormesson), avec ses qualités et ses défauts, ses lacunes et ses dunes, et qui nous montre après tout qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, et qu’il n’y a rien d’aussi beau que le passage, sans début et sans fin, sans autre dessein que de passer.

Paysage enneigé, ambiance de noël qui peut rappeler des souvenirs d’enfance.

L’oiseau au nid, un thème très recherché pour ce photographe.

Le thème floral est un des piliers de ses travaux.

L’oiseau sur un pieu, un classique que le photographe n’a de cesse de perfectionner.

Les poussins, le nid, tout est dit.

Ces scènes de vie révèlent des émotions intéressantes.

Sur un plus large échantillon de ses créations, on remarque que ce photographe à encore bien des leçons à nous donner que ce soit sur les plans de la composition, de l’ambiance scénique ou de la communication de l’émotion.

Son travail est estimé à environ 3000 plaques de verre, un travail imposant au vu des conditions de l’époque.

On peut trouver sur le site du Rijksmuseum d’Amsterdam 300 de ses photographies en ligne.

4 réflexions sur « Richard Tepe »

  1. Bonne idée que de nous rappeler le travail de ces pionniers: la qualité de ces clichés nous oblige à rester humbles, nous qui nous amusons avec un matériel sophistiqué et surtout léger à transporter.

  2. Il est tjs bon, de regarder en arrière, et admirer les œuvres des premiers photographes. (3000 plaques de verre!..).
    Je reste en admiration devant le travail phénoménal que cela devait représenter.

    Bonne semaine, @ bientôt

  3. C’est sûr, trainer tout ce matériel, mais il y avait la passion et c’était comme ça.
    C’est tellement plus facile de nos jours, l’activité photographique explose d’ailleurs, pour le meilleur et pour le pire.

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *