Entre saint et démon

Pourquoi rencontre t-on ce Robert dans la nature, déjà étymologiquement par son ascendance germanique il y a quelque chose de brillant, qui attise dans Robert, par le latin il renvoie à la couleur rouge et à sa symbolique de sang, une couleur très vive donc violente donc diabolique.

Ensuite pour ce qui est de l’herbe à Robert, on l’associe à un saint, qui aurait démontrer les propriétés médicinales de la plante, un évêque de Salzbourg du 8ème siècle en fait.
Même si on peut noter une particularité de cette plante qui est aussi d’avoir des tiges rouges(sans parler des « aiguilles à Notre-Dame ou épingles de la vierge ») qui passent difficilement inaperçues.

Pour Robert le diable on entre dans le terrain des légendes, dès le XIIIe siècle cette histoire liée au duc Robert de Normandie dit le magnifique hanta quelques romans et chroniques, en général il est question d’un homme qui se repend d’un crime et termine en sainteté.
Une histoire qui favorise les reconversions comme les aiment la chrétienté(comme Merlin l’enchanteur, etc.).
Il faut dire aussi que le papillon, qui possède déjà un fort contraste rouge/noir, semble avoir des ailes quelque peu « chauve-souriesques » par leur découpe, une apparence toute trouvée pour une appellation démoniaque.

Un lien très intéressant d’une association naturaliste de Corrèze sur l’étymologie de certains papillons.

L’opéra de Robert le diable sur wikisources.

Dites moi ce que vous en pensez

  1. La nature vue par un intellectuel… Tiens, tiens, cela change de mes messages prosaïquement concrets…

    Mais où se cachent ses fleurs sauvages que je pensais voir en cliquant

  2. Cela change… oui car le changement, c’est la vie qui donne naissance à la vie.

    Bienvenue Foise, super ta bannière de ton blog là, et si tu es perdue => mail. 🙂

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.