Lacs

La transparence révèle l’invisible, mais elle ne dit rien sur la distance qui la sépare du dévoilé.
Bleus-verts, reflets calmes de forêts, de torrents, de cascades.
Les yeux qui contemplent tant de beauté, finissent-ils par en arborer la couleur ?
Et que voient-ils dans ces paysages ?

La montagne

Sonnailles, cloches du temple Mont Blanc.
S’élever, s’incliner, s’arracher ou se laisser couler.
Sans peur, sans doute, renforcer le souffle, vital.
Par le flux, redynamiser l’un flux.
Dans la pierre, la terre, l’eau, l’air, se lit la voie de la montagne.

Lire

Expos

Quand la zipanature s’expose.
Le mois de juin aura été celui de deux expositions collectives, la première dans son fief, à Bourbon-Lancy, et la seconde à Gueugnon.
La première a eu lieu au casino de la ville, par le club de photographie Buena Vista, la seconde au hall des expositions pour le salon régional de l’association des amis des arts.
Impressions et bilan.

Lire

Les orchidées sauvages

Ornements pourpres des pelouses des vallées de montagne.
Dames mauves des lacs aux eaux bleu vert.
Joyaux mystérieux des forêts sombres et humides.
Quelques orchidées enchanteresses rencontrées en Haute-Savoie.

Lire

Des pensées pour une orchidée

Le vent souffle le froid, le soleil le chaud, un merle sort un ver de terre.
La grenouille croît, le vent ne décroit.
Puis la chaleur monte, et l’hirondelle, on se croirait au bord de la mer.
En avril on perd le fil et en mai on aimerait faire le bouquet qui nous plait.
Flore et elles.

Lire

Millefleurs

C’est encore la fraicheur piquante du souffle d’après l’hiver, mais tout vient à point, les premières fleurs sont écloses malgré les gelées.
Vert, bleu, blanc, jaune, mauve, ce sont les couleurs du printemps, annonciatrices de cette période de l’année où les printanières inondent les bois et les prés.
La coccinelle se réveille, prête à franchir les ponts de brindilles moussues et à s’envoler vers ce pari immense que représente la vie d’un petit coléoptère.

Lire

Primitives

Un nuage de bulles rouges, des bulles vivement présentes et rapidement éteintes.
Et dans le tourbillon au reflet azur, la complexité coule de source.
Les énergies les plus contraires se heurtent dans une harmonie sereine.
Nous sommes en mars, et l’hiver n’est pas terminé.

Lire