Un soir la Loire

L’heure se voulant d’hiver, le règne du crépuscule peut nous surprendre bien tôt.
Alliée aux couleurs de l’automne, la lumière chaude transmute les feuilles et la terre en or.
Canards et oies sauvages parcourent le paysage ligérien végétal et aquatique.
Lorsque le soir tombe, les chevreuils sont à peine visibles au-dessous du ciel orangé.

Lire

Le chant du crépuscule

Une colombe m’a laissé une plume, pour décrire la symphonie du crépuscule,
alors je lui ai donné du volume, avec de grandes majuscules.
La rosée comme encrier, j’emprunte les yeux de la libellule,
Se trace alors tout ondoyé, un bien étrange groupuscule.

Lire

Beautés sauvages

Au-dessus des scintillements diamantés du soleil d’été sur le manteau bleu vert de la Loire, les guêpiers s’envolent par des brises favorables dans un concert de sifflements roulés.
Parmi les herbes roussies par l’intraitable chaleur estivale, les lièvres se réunissent dans les champs quand les ombres commencent à s’allonger.
Dans le clair-obscur des brins d’herbe, la martre s’approche, méfiante et curieuse, entre instincts et insouciance.

Lire

Januspater

Une série hivernale se situe souvent dans l’entre-deux, entre fin d’année et début de l’autre.
C’est probablement une saison difficile, malgré des températures plutôt douces, la grisaille a souvent été la norme.
Mais parfois le soleil nous ouvre les portes et offre à l’observateur un monde étrange, des paysages comme des souvenirs et des promesses.

Lire

Pluviose

Des rivières en crue apportent des miroirs aux creux des prés où les paisibles bovins s’en sont allés.
L’élément liquide tombe sur les collines en pluie fine ou en fins cristaux, ce mois porte bien son nom, pluviose.
Reste-t-il un peu de lumière dans ces plaines spongieuses, y a-t-il une élégance là-dedans et où sont passées les couleurs, subtiles et chatoyantes ?

Lire

Entre-temps

Perpétuel recommencement la fin d’une année annonce le début d’une autre.
Ce n’est pas la saison la plus prolixe en photographie, mais cela permet de retrouver dans les archives quelques photographies inédites, écartées pour diverses raisons.
C’est aussi l’occasion de « penser » sa future technique.
Voici tout de même quelques clichés présents et passés, pour patienter pendant la longue saison d’hiver.

Lire

Lueurs d’automne

« Qu’il m’est doux de revoir ces tranquilles déserts,
D’y jouir de la paix ! D’y respirer sans fers !
J’y vis dans l’opulence,
J’y vis exempt de soins ;
On est dans l’abondance,
Quand on est sans besoins. »

Le « tableau de la nature » (1760) d’Étienne Desnoyers évoque bien l’esprit libre et serein de celui qui parcours la terre et se laisse aller à la douceur d’une balade pittoresque.

Lire