Les orchidées sauvages

Premier billet d’une série consacrée à la montagne alpine, fruit d’un petit séjour en Haute-Savoie, où pluie et soleil se sont succédé sans ordre. Un voyage qui correspondait par hasard, à la période de floraison des orchidées sauvages.
La richesse de la flore est étonnante, on dénombre au niveau départemental rien de moins que 70 espèces d’orchidées, et globalement presque 400 autres espèces de fleurs remarquables.
Et il aurait été bien malchanceux qu’au détour d’un chemin ne surgisse pas une orchidée sauvage…

Orchis tacheté

[Not a valid template]
C’est la première orchidée que j’ai rencontrée, sur un chemin menant à un lac, poussant à mi-ombre, de belles fleurs blanches aux lignes roses fines et délicates.

Orchis guerrier

[Not a valid template]
À l’ombre d’un petit chemin qui grimpait, ce fût la confirmation ce soir-là que la montagne recelait de nombreux trésors.

Orchis singe

[Not a valid template]
À la fois semblable et sensiblement différente de la précédente orchidée, je fais connaissance de l’orchidée singe, aux « bras » longs et fins, la floraison de l’orchis guerrier et singe est sur le point de se clôturer.

Orchis de mai

[Not a valid template]
Ces orchidées violettes détonnent dans une « pelouse » aux alentours de Mégève.

Céphalanthère rouge

[Not a valid template]
Discrètement camouflée au coin d’un lac, cette belle orchidée est gracile.

Listère à feuilles ovales

[Not a valid template]
On peut passer à côté de cette orchidée sans l’apercevoir, tellement elle se fond dans la forêt, ses petites fleurs vertes sont peu communes.

Platanthère à fleurs vertes

[Not a valid template]
Ce n’est que le début de la floraison de cette orchidée verdâtre, ce qui ne facilite pas son identification.

Néottie nid d’oiseau

[Not a valid template]
La couleur de cette orchidée est très particulière et nous met intuitivement sur la piste d’un mode de vie particulier de cette plante, en effet cette fleur vit en symbiose avec un champignon et ne possède pas de chlorophylle.

L’identification n’est pas toujours évidente, l’orchis de mai par exemple est peut-être un hybride, déjà que le genre Dactylorhiza auquel elle appartient n’est pas des plus simples. J’ai croisé des orchidées à peine écloses, comme la Platanthère et d’autres pas du tout qui pouvaient donc être d’autres espèces, et parfois j’ai abdiqué la prise de vue quand le terrain était trop incliné.


Pour aller plus loin :

Pourquoi Néottie nid d’oiseau ? À cause de l’enchevêtrement des rhizomes et racines qui font penser aux brindilles d’un nid d’oiseau.
Un site spécialisé dans les Orchidées de Rhône-Alpes, un guide bien utile.

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *