Chaud est le temps

Chaud est l’été, doux est le moment,
Quand les âmes partent en quête de fragments,
D’azurs et de ressacs doux et lents,
Pour accrocher l’éternité d’un simple moment.

Lire

Jours brûlants

Après la candeur du début de l’été, la canicule brule, hommes et bêtes recherchent l’ombre dans la journée et sortent le soir à la fraicheur.
39° à l’ombre, la sudation s’accélère et pique les yeux, le paysage illumine.
Et pourtant la vie s’en suit, les moissons récoltent les blés bruns, les demoiselles se reposent sur les feuilles et les fruits murissent.

Lire

Lumières et obscurités

A la lumière du crépuscule, l’été s’en est allé. Dans les chaumières, la littérature traite de mystères et d’enchantements, une part de rêve dans un monde où la vérité n’est plus une certitude absolue détenue avec autorité par une élite quasi divine, mais un point de vu modestement humain, définitivement relatif et dépendant des progrès tant idéologiques que techniques.
Quand le national geographic de ce mois traite des hauts lieux sacrés du monde, qui pense encore aux petits lieux qui ont enchantés nos prédécesseurs et qui nous entourent encore, forêts, sources, montagnes, etc.
La communication à grande échelle rapproche le distant mais éloigne de toute proximité et quand nos regards changent c’est la magie des lieux qui change aussi.

Lire

Œil d’or

Début septembre aura été chaud et humide, on a même pu observer de légères crues à la suite des pluies qui sont abondamment tombées.
De quoi ressusciter quelques mares où les libellules aiment s’y reproduire et pondre.
Ce qui fait aussi la joie des batraciens, car quelques sauterelles et petits insectes se sont retrouvés piégés par cette soudaine et abondante eau.
En forêt, on trouve ou non des champignons, c’est selon, malgré la précipitation, il faut savoir être patient dit-on.

Lire

Le crépuscule augustien

On le ressent bien dans notre locale mais vaste nature, le mois d’août sonnera le glas de certaines espèces de lépidoptères, de plus le paysage nous semble sec et les récoltes ne sont pas toujours de bon augure.
Suivant le mois le plus chaud de l’année, août n’est pas pour autant dépourvu d’une faune et d’une flore intéressante, les grenouilles sont toujours présentes, les sauterelles et certains animaux aussi, tels que le sterne qui n’hésite pas à pondre dans le gravier sableux.

Lire

Fascinants odonatoptères

Tiens tiens, mais c’est le centième article sur zipanatura, ça tombe à pique puisque j’ai décidé de concevoir un thème propre au site, non pas que le précédent étant mauvais, au contraire.

En cette période estivale et caniculaire il est difficile d’assurer une publication soutenue et pourtant les photographies s’accumulent en stockage.

Voici donc quelques libellules qui à notre image aiment passer leur temps, au bord de l’eau.

Lire