Februa

Il est temps d’aller voir la forêt et d’interroger les arbres.
Scruter l’avenir dans les baies du gui, et demander au soleil un cygne.
Mais, l’harmonie est-elle cachée derrière ces vaguelettes ?

Lire

Januspater

Une série hivernale se situe souvent dans l’entre-deux, entre fin d’année et début de l’autre.
C’est probablement une saison difficile, malgré des températures plutôt douces, la grisaille a souvent été la norme.
Mais parfois le soleil nous ouvre les portes et offre à l’observateur un monde étrange, des paysages comme des souvenirs et des promesses.

Lire

Blanches ailes

Lorsque les canaux et les étangs gèlent, le pêcheur est comme les petits oiseaux, il tente sa chance sur les bords de Loire.
Canards, hérons, aigrettes, cormorans, corbeaux et d’autres se sont établis sur les rives gelées.
L’air froid qui pique le nez rappelle vivement le caractère hivernal de la saison.

Lire

Jeux de Flore

Flore était une ancienne déesse romaine célébrée par divers jeux, on abordait alors le printemps comme un évènement joyeux et festif, c’était aussi une manière d’attirer la prospérité sur les cultures.
Nous sommes toujours nombreux à célébrer cette exubérance, que ce soit par l’art photographique, par la cueillette, par le culte du départ de la moisson de l’orge, ou de la résurrection avec ses offrandes d’œufs, tradition d’origine païenne.
Chacun à sa manière célèbre le printemps.

Lire

De fleurs en fleurs

Le printemps commence à livrer ses petites perles de la nature, bien que d’une chaleur digne d’une saison estivale et d’une sécheresse à faire pâlir.
Quand les fleurs des arbres précèdent le feuillage, on peut apercevoir furtivement des grenouilles, des papillons et entendre, qui sait, le chant du coucou.
Entre la beauté classique d’une jonquille et l’exubérance d’une mousse, la royale véronique déploie son charme rayonnant d’azur.

Lire

Comme un charme

On a laissé ouverte la fenêtre du printemps, chants et vols d’oiseaux entrecoupés des derniers cris de grues et d’oies sauvages, on respire, on marche, on reprend le temps, une fraîche douceur comme une lumière obscure entre dans les pupilles.
Bien qu’elle soit toujours enserrée dans les résidus de sa gangue hivernale, la nature se porte comme un charme, pousses, boutons, fleurs, papillons, fourmis tous se réveillent d’un long sommeil et se remettent à l’ouvrage.
Si l’arbre garde un passage du temps qui se fige, la petite fleur nous promet du renouveau et le charme n’est pas si rompu.

Lire