Sous le signe de l’aurore

Plantons le décor:

Des personnages…

Et action:

Piéride du chou ou du cresson?

Sur l’herbe à savon.

Un petit azuré qui n’aime pas trop se montrer.

L’aurore, une seule génération annuelle, aussi fugace et belle qu’une aurore…

Le coléoptère méloé printanier, ici la femelle au gros abdomen, probablement pas très éloignée du site de ponte en temps et en espace.

La grenouille sait se camoufler, d’ailleurs les ploufs quand on s’approche de l’eau, c’est elle!

Une belle taille déjà pour celle-ci qui surveille ses petites soeurs.

Et ça barbote, très important ça, le barbotage, prises dans leur jus, c’est le cas de le dire.

Conclusion, une escapade riche en cadeaux, et des rendez-vous à ne pas manquer, bonne journée!

6 pensées sur « Sous le signe de l’aurore »

  1. Bien belle série!!
    Moi aussi je suis fascinée par tes photos de l’Aurore!
    J’enrage de les voir passer, me narguer, et ne JAMAIS s’arrêter! Et ça fait trois ans que ça dure!!!
    Très belle aussi ta Grenouille!
    J’ai plutôt l’impression qu’elle s’est entourée de princes charmants pour faire son choix, le moment venu!! 🙂
    Ciao, Zipanu!

  2. Très belle balade chez toi!
    On entend le froufrou des ailes, le clapotis de l’eau et le glouglou des barbotines!
    Comme c’est agréable de revenir par là lorsqu’il fait de nouveau (encore) froid chez moi…

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *