C’est le printemps

Ici un lièvre fait la course en traversant les champs ; des perdrix, presque invisibles dans la ligne de verdure du chemin se mettent à trottiner.
Tout en cheminant, un léger bruissement en lisière m’indique une présence, j’ai la chance d’apercevoir son origine, un renard m’accompagne un instant.
Un plouf et je devine une grenouille, un tap-tap et j’identifie un pivert, le soir c’est concerto, le printemps des grillons et des grenouilles.
On respire le parfum des fleurs d’acacia, de sureau quand celui du muguet est encore frais dans notre mémoire.

On ne peut le saisir, on ne peut le rejeter, l’instant est tout ce qui nous rend vivants, percevons-le pleinement.

Muguet, jacinthe et orchidée

[Not a valid template]
C’est le symbole du premier mai, et dans les bois son parfum est captivant.

[Not a valid template]
Les jacinthes des bois, une fleur sauvage méconnue, pourtant présente en bien des endroits.

[Not a valid template]
L’orchidée bouffon, elle compose aussi le lot des fleurs emblématiques du printemps.

Fleurs et paysages

[Not a valid template]
Quelques akènes se retrouvent parachutés sur ces petites fleurs des champs.

[Not a valid template]
Une haie ondule dans les champs, est-ce un serpent prêt à avaler le chemineur imprudent ?

[Not a valid template]
Aussi appelé crête de coq, a cause de cette bractée verte symbolique, le cocriste est semi-parasite, il capte les nutriments directement sur les racines de son hôte, mais il produit sa propre photosynthèse, alors malgré son apparence c’est loin d’être une simple ortie.

[Not a valid template]
Le soir, le troupeau se rassemble, avec les derniers rayons du soleil.

Perdrix et libellule

[Not a valid template]
Où vont donc les petites perdrix ?

[Not a valid template]
Les reflets de l’eau dans les belles ailes de ce caloptéryx.

[Not a valid template]
Et un dernier petit coucou, c’est le joli mois de mai qui file, et juin qui s’annonce.

Dites moi ce que vous en pensez

  1. Une très belle balade en ta compagnie et des petites âmes devinée à travers ton objectif!
    Ces haies sont une source de vie indispensable, ça fait plaisir d’en revoir dans les champs après ces remembrements débiles au nom du profit de ces dernières décennies!
    Bon dimanche, Fab 🙂

    • C’est l’ère de la raison froide, pragmatique et calculatrice, la nature, la ruralité, les agriculteurs et nous tous en payons le prix.
      Au niveau des haies et des forêts, ce n’est plus la gaule chevelue, c’est plutôt la débandade en calvitie…
      Bonne fin de semaine Noushka !

  2. Je suis revenue te lire et regarder tous ces trésors si chers à ton cœur. Aujourd’hui les mamans, elles aussi ont le cœur en fête pensant à leurs enfants. Merci Fabrice ✿

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *