Robin des mangeoires

Sa gorge lui est utile à intimider ses adversaires, pour nous c’est l’élément déterminant de son identification, tout de suite l’on sait que ce n’est pas un moineau.
L’hiver est pour lui une période sensible comme l’on peut s’en douter, c’est pourquoi il se rapproche des jardins pour se nourrir.

rouge-gorge
Solitaire en hiver monsieur et madame rouge-gorge font chambre à part, alors il n’est pas étonnant d’en voir qu’un à la fois.

rouge-gorge
Ils aiment parfois ratisser le sol, il faut dire que rien ne leur échappe, pas un vers même pas une graine.


C’est un oiseau pas très sauvage, typique des jardins, au chant mélodieux, mignon et très populaire.

Notez que ce sont mes premières photographies en reflex numérique, c’est l’hiver il fait sombre mais j’en profite pour me familiariser avec l’appareil, les conseils sont les bienvenus.

Dites moi ce que vous en pensez

  1. Pour un début tu te débrouilles très bien ! C’est vraiment un visiteur sympathique! Chez moi, il ne vient jamais pendant les séances photos! Mais je le vois tous les jours se promener sous les buissons! Il n’aime pas la compagnie ! La dernière est très agréable! Bonne continuation!

  2. Merci Coco, Lulu.

    Celui là, il vire tout les autres de son garde-manger, je le vois tout les jours aussi. Mésanges charbonnières, moineaux, merles c’est tout ce qui passe par mon jardin en fait.
    Sniff, c’est ton jardin le vrai paradis Lucie.

  3. j’ai appris il y a peu, que le rouge gorge du jardin l’hiver , n’était pas le même l’été ..
    celui de l’hiver part à quelques centaines de metres s’installer pour l’été .. et un autre prend sa place ..
    on ne peut donc plus dire
    ‘ Le rouge gorge du jardin … ‘

  4. Oui, c’est bien possible, il y a un bon paquet d’informations comme ça qui n’attendent que de nous surprendre dans ce que nous ignorons ou croyons savoir, une bonne nature c’est une bonne remise en question.

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.