Entre chien et loup

S’il aura fallu au grand G sept jours pour en faire tout un monde, l’homme en à besoin d’au moins quatre-vingts pour en faire le tour. Un jour pourtant n’est pas un grand voyage c’est seulement un tour sur soi-même si on reste sage. Alors on peut surement tricher.
Le plus Loki dans l’histoire de la nature et à travers différentes cultures, c’est le renard.
Et si tu réfléchis bien, le goupil, il est un peu entre chien et loup.
Et ce n’est pas le genre à qui on peut en compter : les poules, des dents ?
Non, mais attends, tu parles de son happy meal là.
Pas très docile et pas non plus le genre à se déguiser en grand-mère, ce n’est pas son truc, non ne lui en parle pas, il prendrait la rage. Bon il n’y a que les mièvres fables pour en faire un pauvre bougre, pouce quoi ! c’est un noble, regarde d’ailleurs on ne dit pas merde de renard, on dit une laissée, preuve.
Mais qui mieux que renard pour se glisser dans l’herbe, la truffe dans la rosée, ou assis sur le postérieur à contempler la lune, toi aussi, deviens l’espace d’un instant, le renard du champ du vent.

Proxicosmos

La douceur de l’amertume

Douce-amère

Douce-amère

Proposition d’un lampadaire pour la mairie des coccinelles, en clochette, en néon jaune, ou en globe, prière aux sauterelles : ne pas manger.

Baies de la Douce-amère

Baies de la Douce-amère


La fête est terminée, les verres sont vides, il ne reste plus qu’une paille, et des ballons.
Douce-amère

Douce-amère


Les gouttelettes sur la bouteille de sangria murmurent un conseil : si vous voulez, il reste des bananes et une orange.

Ornements de dryades

Feuille

Feuille


Ton âme est un paysage de champs cultivés, Icare peut bien en tomber.
Gousse de glycine

Gousse de glycine


Coquette, ta pendeloque cache ton secret, qui croît jusqu’au dénuement.
Feuille de noisetier

Feuille de noisetier


Se découpaient dans la lueur, les bords dentelés, symboles fractals de ton épiderme, souvent à la pointe.
Gland

Gland


Écoutes le bruissement doux de ces feuilles, dans cette coupole, il y a tous les avenirs possibles.

Les fleurs, ces gouttes, ses baies

Compagnon blanc

Compagnon blanc


Après avoir vu Aurore, des perles coulaient sur ses blanches joues, aux reflets de diamants.
Houblon

Houblon


Je t’offre le monde, du soleil et de l’ombre, entendais-je murmurer dans le bois au diable.
Vesce craque

Vesce craque


Il attache son inflorescence à la première poterne venue, bientôt il nous montrera ses gesses.
Seneçon jacobée

Seneçon jacobée


Le vieux Jacques a dit : quand les pétales sont d’or, la nature s’endort.
Petites gouttes

Petites gouttes


Les sept boules de cristal, dans chacune, le même soleil.
Sureau

Sureau


Petit pommier noir dans la douce clarté, ta tentation était trop grande.

Monochromes

Liseron

Liseron


Des rais de lumière fulminent, une nymphe a parlé.
Amas

Amas


Sombre, ton collier de perles est un piège, et pourtant on y voit des mondes.
Pousses

Pousses


N’arrêtez pas de pousser, il y a de la lumière pour tous.
Tournesol

Tournesol


Si je tourne et tourne, c’est parce que je consacre à Sol à la fois le nectar et l’ambroisie.

Vues

Ville sans âges

Village

Village


Connais-tu la montagne, que t’a-t-elle soufflé, lorsque tu étais à l’église, as-tu senti l’appel de la forêt ?

Les chevalets du ciel

Le chemin

Le chemin

Je ne suis qu’un oiseau, mais je suis riche de ce qui me fait voler, mon temple sacré est un palais céleste où la vue n’est jamais limitée.

Hirondelles

Hirondelles

Définition de l’hirondelle : Oiseau planeur, au plumage mouillé, à bec sucré, aux ailes bleutées, et devant un coucher de soleil, toujours prête à s’envoler.

Au clair de lune

Au clair de lune

Le soleil caché, sous la couette de l’aube, bercé par les étoiles, rêve déjà d’un croissant matinal.

La photographie prend la prose, le photographe s’expose.
Après cela, la canicule estivale à peine esquivée, on peut entendre les jappements frais et mordants de l’automne, déjà septembre montre les dents. Comme un coup de soleil blanchi, en robe défraichie, la nature arbore tout de même ses fruits. Étoiles et moi, nous en aurons vu des toiles, traçantes et filantes dans la tiédeur de l’aube.
Qui aura encore l’oreille assez fine pour entendre le ronronnement du renard, le roucoulement de la chouette, et le cri de la hulotte, quand le monde graille ?


Références :
En franc-maçonnerie, la lettre G(god…) est le principe créateur, grand architecte de l’univers.
Le Tour du monde en quatre-vingts jours, c’est Jules et c’est 1872.
Loki est un dieu célèbre dans la mythologie nordique, qui excelle dans la ruse et sans être toujours très conciliable, un jugement parfois partagé avec celui du renard.
Une laissée, oui c’est bien le nom des excréments du renard, digne d’un langage précieux du XVIIe siècle.
Difficile d’imaginer la chute d’Icare sans se remémorer le tableau de Pieter Bruegel, lui-même inspiré des Métamorphoses d’Ovide.
Imaginez qu’un jour on prédisait l’avenir en écoutant le bruissement des feuilles de chêne, ça c’est passé en Grèce, à Dodone, à une époque où la nature était sacrée.
Aurore c’est la sœur du soleil(Sol) et de la lune, en mythologie romaine.
Le bois au diable c’est un nom vernaculaire, pour le houblon, comme herbe de saint Jacques, pour le séneçon jacobée.

8 réflexions sur « Entre chien et loup »

  1. Que de poésie, en images et en mots. Quel voyage nous as-tu proposé, j’en suis toute retournée tant photos et texte incarnent à la perfection la contemplation du photographe de nature et notamment de macro, d’ambiances… Les nervures vues et revues des feuilles prennent un nouveau sens, les perles d’eau et autres boules de cristal éphémères nous rappellent l’humilité avec nos gemmes minérales qu’on va chercher et façonner à grand renfort d’énergie jusqu’à ce que montagne et cavités soient dépouillées et la terre souillée. Bref, il y aurait de quoi écrire et rêvasser des heures avec cet article, je termine donc en te disant merci pour m’avoir régalée! A bientôt. 🙂

  2. Hello Fab,
    Tu as rédigé et illustré de très beaux articles, mais celui-ci est une vraie perle!
    Je te savais rêveur mais tu te révèles poète…
    Tes images sont absolument exquises de simplicité, de lumières et de cadrages et parlent toutes de la même histoire.
    La première, le lampadaire aux coccinelles et son commentaire, est une pure merveille 🙂
    Ton texte est sublime de légèreté mais de profondeur, d’allusions et de sous-entendus et parle directement à l’âme avec une émotion intense.
    Je revis ici ce que je ressens dans mes affûts en observant renards, chevreuils et sangliers et les oiseaux du ciel!
    Merci pour ce merveilleux moment, je referme ta page avec des étoiles dans les yeux et du soleil dans le cœur!
    Bonne soirée mais ne t’endors pas…….. j’en redemande!

  3. Alors là, c’est perfecto !
    un délice toutes ces macros, toutes plus belles les unes que les autres
    le noir et blanc n’aura pas mes faveurs, il y a tant de tendresse et de douceur avec les couleurs .
    Merci ce fut bien agréable

  4. @Espaeth, oooh ! merci, c’était l’intention, vous régaler. 🙂
    @Noushka, Hello, ton commentaire fait très plaisir et rend des honneurs à l’honneur qu’il perçoit par ton regard très affuté.
    T’inquiètes, à bientôt ! 😀
    @Framboise, c’est vrai que j’ai eu quelques regrets au moins pour le tournesol pour le n&b, mais la couleur a parfois quelque chose d’oppressant dans sa dominante verte, ça vaut le coup d’expérimenter d’autres choses.

  5. Quel émerveillement cette page ! Je remercie Noushka de m’avoir indiqué le chemin.
    Elle dit bien mieux que moi tout ce que j’ai ressenti.
    Un grand merci pour ce merveilleux moment de poésie.
    Je reviendrai !

  6. @Olivier@Cricri@Beauphoebus Merci de vos visites et de vos petits mots, à bientôt sur vos blogs !

    @Beauphoebus, le N&B est supporté par très peu de gens, ça doit être par rapport à son apparence morose et vieillotte, c’est peut-être aussi plus accessible pour ceux qui ont une culture visuelle déjà bien initié par les premiers photographes et cinéastes, et c’est vrai que ce n’est pas le mode prioritaire dans les photos nature. Pourtant c’est la même démarche que pour les portraits ou les scènes, travailler la lumière, la forme, la texture, aller à l’essentiel sans le chatoiement de la couleur.

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *