10 ans de Zipanatura

10 ans sur internet c’est comme un changement d’ère pour l’Histoire. Au début était le néant, puis vinrent dans l’ordre, les sites personnels, les forums, les blogs. La météorite web2.0 tomba et c’est au tour de facebook, d’instagram, youtube et autres de créer des communautés autour de centres d’intérêts communs. Mais le progrès n’est pas toujours gage d’évolution, j’y reviendrais plus tard.

La petite histoire

Par curiosité j’ai toujours voulu créer des sites, je le faisais d’abord pour les autres, puis parallèlement il me fallait un labo, mon propre site, Zipanatura était déjà le résultat d’une expérience secrète qui a mal tournée. J’ai commencé à prendre des photos sérieusement à ce moment-là, et bien sûr les débuts tenaient plus du photographe du dimanche que de l’autodidacte expérimenté que j’espère être un peu devenu, ou pas.

Pour la petite histoire, le nom de zipanatura est inspiré de la mythologie antique étrusque où Zipna est une divinité mineure du cercle de Turan, la déesse de l’amour, de la beauté, de la fécondité et de la santé. Elle est représentée comme tenant à Turan un miroir. Après une petite visite inspirante au Louvre, j’ai trouvé cela assez symbolique et original. 

Du lien et du partage

Avec les blogs on peut se construire une petite communauté sympathique, où l’on peut échanger nos points de vue, voir s’inspirer les uns des autres, et se jalouser, s’espionner, s’invectiver. Au fil du temps on peut même y découvrir des amitiés, mais le taux de drop des amis est relativement faible.

Dans la vie on ne prend pas vraiment le temps de trouver des points d’accroches avec les autres, on réagit avec instinct en restant parfois au niveau des apparences et de la pathie, sym ou anti. Écrire sur un clavier cela à beaucoup d’intérêt quand on est plutôt isolé et surtout quand peu de personnes partagent nos intérêts et nos goûts.

J’ai beaucoup appris, le virtuel alimentant le réel et vice-versa, et j’ai surtout pris conscience que ma méconnaissance est immense (comment ça vous le saviez ?…), le vivant est d’une profondeur inouïe, je suis loin d’avoir fait le tour de ce qui se trouve rien qu’autour de chez moi, d’ailleurs récemment j’ai découvert un spot de colchiques (et malheureusement la chanson dans la tête colchique dans les prés pendant un bon moment)…

Bien sûr il y a là des passions qui se rejoignent, la photographie, le design, la botanique. Quand on a suffisamment de sensibilité, ce sont des vibrations très présentes, formes, couleurs, composition, etc. Et il y a toujours une magie enfantine qui nous pousse à partager des impressions de vie d’une manière légère et créative.

La jungle du Net

Mais on ne va pas se mentir, le numérique toujours en mutation n’a pas que de bons aspects.

J’ai un compte Instagram et je trouve cela plutôt cocasse d’y partager des photos que je ne prends pas toujours avec mon smartphone… C’est un détournement du concept qui sans doute nous fait connaitre, mais, c’est en majorité de personnes qui cherchent à être connues… Un Larsen qui oblitère toute forme de développement de communication, les commentaires s’y résumant à des likes dont ne connait plus la motivation.

D’ailleurs nombre de blogs se métamorphosent en compte facebook ou instagram pour suivre la mode, il y a un côté pratique indiscutable il est vrai et cela augmente la portée de nos partages. La « place du forum » migre ainsi comme cela, je pense qu’à l’heure actuelle les vlogs captent une bonne partie de la créativité du Net.

C’est amusant d’ailleurs de constater que les mécanismes qui font palpiter cette sphère, ce sont toujours les mêmes finalement, publications régulières, abonnés, et dons (.. !) . Mais cela devient très carré, limite marketing et finalement pauvre en communication écrite.

L’avantage le plus important avec son ordinateur c’est que l’on peut recevoir des conseils de la part de ceux qui savent, la connaissance s’y partage vraiment, c’est possible de s’enrichir mutuellement. Sur les réseaux sociaux c’est plus compliqué, plus égocentré, difficile à gérer avec trop de contacts.

En dix ans, je n’ai jamais eu de soucis, la communauté qui gravite autour de la nature ou du blogging est très respectueuse, empathique et avisée. Si je suis critique de l’évolution de ces outils numériques, c’est juste pour faire un rappel, qu’on ne doit pas rester spectateur de notre manière de consommer.

Il vaut mieux changer une ampoule que de changer de pièce à cause de l’obscurité.

Une écriture lente et précise

Je dois dire que mes publications étaient au départ plutôt brèves et laconiques ! Maintenant pour la création d’un billet, il me faut au minimum 15 jours pour avoir assez de photos nécessaires. De l’appareil à l’image exploitable il y a 4 heures de développement pour une dizaine de photos. L’écriture elle, prend de 2 à 4 heures. Mais tout cela est fragmenté et il y a du temps de « décantation ». Je suis assez perfectionniste donc j’ai conscience de ne pas me faciliter la tâche… Il y a bien une forme de lenteur qui rend impossible la publication à un rythme effréné.

Mais encore ?

Zipanatura a probablement encore de l’avenir et des idées, tant que j’aurais autant de plaisir et de temps à prendre des photographies et à partager ensuite ces ambiances. La photographie c’est assez froid par nature, j’espère y apporter tout de même un peu de chaleur, de personnalité et moins de marketing, surtout que je ne vends rien ça serait dommage.

Gratitude 

Je tiens à remercier toutes les personnes, extérieures ou dans le même bateau, qui participent à cette aventure globale et particulièrement ici, les abonnés, et les fidèles qui osent la ringardise d’un commentaire à l’ancienne et les avis, même les plus banals en apparence, sans lesquels il est impossible de progresser.

Petit cadeau sonore, c’était le début de l’été, au petit matin, là les oiseaux semblent accompagner le lever du soleil, une aube nouvelle sans cesse renouvelée.

4 pensées sur « 10 ans de Zipanatura »

  1. JOYEUX 10e ANNIVERSAIRE à Zipanatura et son capitaine bien aimé et que l’aventure continue pour son plaisir et le nôtre !

    J’adore ce billet anniversaire avec une analyse réaliste, qui laisse une ouverture à l’avenir. Le blogging a de l’avenir et peut être enrichissant, humain et participer à la transformation de notre monde en mieux, par le partage de sensibilités, connaissances et savoirs, qui mènent au respect et préservation de la Nature.

    Je suis tellement contente de t’avoir croisé. Être ” perfectionniste ” et précis, ce n’est pas un défaut. C’est plutôt un gage de qualité et référence.

    La persévérance te va si bien Fabrice! À ta santé et longue vie à vous deux: toi et Zipanatura, avec plaisir. Je t’embrasse.

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *