L’esprit vert

L’esprit des plantes

Selon les classifications naturalistes, il existe un véritable abîme entre le monde animal et le monde végétal. Pourtant, sur les traces de Charles Darwin, des biologistes réputés sont en train de montrer que l’intelligence des plantes est peut-être une réalité. Les plantes mettent en oeuvre des stratégies sophistiquées pour vivre leur sexualité, mais aussi pour voyager. Elles éprouveraient des sensations. Elles auraient même de la mémoire. Jacques Mitsch met en scène avec humour la vraie vie des plantes pour nous révéler leurs talents cachés, sans jamais se départir de sa rigueur scientifique. Nous entraînant aux frontières mouvantes qui séparent les règnes animal et végétal, il nous tend au passage un miroir drolatique et passionnant.

Voila un documentaire primé au grand festival du film scientifique d’olomouc en République tchèque tout à fait passionnant et intelligent qui a le mérite de faire reculer notre anthropocentrisme pour un regard plus ouvert sur le vivant et le domaine végétal.

Le végétal nous fait tout voir à l’envers, le « cerveau » de la plante est en fait sa partie enracinée et ainsi il ne fait que nous montrer ses jambes et ses organes génitaux…

On parle même d’un groupe de scientifiques qui ne font pas l’unanimité, mais qui n’hésitent pas à parler de neurobiologie des plantes tellement ils souhaitent démontrer des parallèles entre les structures cognitives animales et les mécanismes végétaux afin de réduire la systématique division entre règne animal et règne végétal et même si l’on ne peut pas parler d’intelligence, il est bon de souligner l’extraordinaire évolution des plantes dont certaines espèces comme les plantes carnivores sont capables de dévorer des représentants du règne animal pourtant très complexes.

Les expériences et les démonstrations sont tout aussi intéressantes et le documentaire nous invite aux frontières de nos connaissances actuelles pour nous déposer devant l’inconnu et ses questions sans réponses.

Lien sur Artevod. Pas de rediffusion connue, à guetter sur les ondes ou en streaming.

Giacometti et les Étrusques

Quand l’inspiration s’entoure d’histoire pour façonner les œuvres des artistes, cela engendre un parfait exemple de réactualisation d’une esthétique antique. Si les personnages filiformes étrusques paraissent furieusement empreints de modernité, c’est peut-être aussi parce qu’ils sont apparus quand l’homme avait encore à l’esprit, en œuvre, les terribles forces primitives de la nature lorsque ses mains habiles soulignaient le raffinement d’une civilisation préromaine. Les Étrusques avaient quelques notions botaniques et étaient adeptes du thermalisme.

Giacometti(1901-1966) avait redécouvert ce style de sculpture à sa manière, prenant conscience du caractère en apparence anachronique de ses œuvres il se passionna pour cette antique civilisation.

Un sujet non sans lien avec le blog, puisque Zipanu est une figure allégorique (donc une divinité, un concept qui peut être interprété) proche de la Vénus étrusque, Turan dont elle est le serviteur et comme un de mon précédent sujet le démontre, Vénus-Isis fût une allégorie de la nature, Zipanu signifie brillant et interprète l’attrait gracieux de cette nature. Alors serviteur, madame nature ! 😉

Exposition à la pinacothèque de Paris pour les intéressés jusqu’au 8 janvier 2012.

Lien sur la pinacothèque.

Secret Chiefs 3

Découverts sur l’émission l’Europe des esprits de radio France culture, c’est un ensemble de sept groupes aux genres les plus divers. Ishraqiyun est de la musique orientale où s’invite toute sorte d’instruments modernes, on peut aussi écouter des airs qui ne sont pas sans rappeler Ennio Morricone et même du death metal(pour les amateurs…), de la surf music, etc.

Mystiques et spirituels, les protagonistes lancent tout autant de sorts à nos oreilles qui rappellent à nos âmes une réminiscence platonique (l’âme qui contemple les beautés à déjà voyager antérieurement) à travers leurs albums Appoliniens, comme un voyage dans l’inconscient collectif et une prodigieuse descente dans la profondeur humaine, unique en pureté et comme un diamant, aux multiples facettes.

Se retrouveront dans leur élément les fous qui se sont lancés dans des quêtes de sens sans fin, hermétisme, alchimie, herméneutique, un océan musical pour ces poissons-là.

À découvrir, pour les initiés et les curieux et pourquoi à écouter en toile de fond d’un développement photographique !

Article complet sur le groupe Secret Chiefs 3.

Morceaux sur site officiel.

Cette entrée a été publiée dans Culture.
Partager ou mettre en favori avec le permalien : cigogne



Dites moi ce que vous en pensez

  1. Sujet bien intéressant!
    Mais… questions sans réponses??
    Pas si sûr!
    Mais ce n’est pas nous qui les détenons, ces réponses!
    en tout cas, une civilisation encore assez méconnue, ces Étrusques, mais passionnante à étudier!
    Et oui, nous avons encore tant de choses à découvrir dans le monde végétal, mais en aurons-nous le temps?
    La vitesse à laquelle nous saccageons tout laisse peu de place à cet espoir!
    Bon dimanche, Zip!

  2. « L’esprit des plantes » est sans doute un domaine où les recherches vont continuer à avancer.Il faut parfois emprunter des chemins peu fréquentés pour trouver de nouvelles réponses. Je suis frappé par la facilité pour les plantes grimpantes à trouver le support nécessaire pour se fixer. Parfois je m’amuse à les semer loin de tout support! Elles e débrouillent pour le trouver!
    J’avais déjà été fasciné par les très anciennes émissions de Jean Marie Pelt, l’Aventure des plantes.

  3. Bien sûr, les réponses viendront et il est toujours étonnant de constater que des choses toutes simples n’avaient jamais fait l’objet d’études et donc de tentative d’explication comme cette faculté des plantes à grimper ou encore le mystère du chat qui lape sans se mouiller les babines !

    La biologie est fascinante, merci pour la référence Lucie.

    La nature mise à mal Noushka c’est clair, l’anthropocène, je crois qu’effectivement des espèces disparaissent pour de bon et que quelque part l’Homme méprise tout autant ses propres natures que l’environnement, on a le monde que l’on mérite, les nomades perdent leur précieux savoir partout dans le monde et l’état de l’écosystème devient très alarmant.
    La mondialisation que l’on dénonce c’est surtout celle de l’argent et des profits au mépris de toute valeur humaine et non la capacité humaine à découvrir et aller de l’avant, sur terre sur mer et au delà !

  4. « Anthropocène »…. Hélas, quelle tristesse ce mot évoque!
    Nous sommes les spectateurs impuissants de la destruction de notre planète par les toutes-puissantes des multi-nationales…. nous allons droit dans le mur et j’entends déjà dans notre campagne, des phrases du style: « c’est bientôt la guerre civile partout »… Ca fait froid dans le dos!
    Je ne suis décidément pas obtimiste et je profite tant que je peux de ma passion pour la Nature et a photographie! 🙂
    Chin up!!
    Merci pour ta réponse, bonne soirée!

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.