Frugale magnificence

« La grâce est toujours unie à la magnificence dans les scènes de la nature. » René de Chateaubriand

Champ brumeux

Champ brumeux

Un après-midi de début d’automne dans un champ, chaleur, mais légère brume.

Champ lycopsis

Champ lycopsis

Le lycopsis des champs est une toute petite fleur bleue qui ressemble aux myosotis, le coquelicot s’est invité.

Champ de coquelicots

Champ de coquelicots

Un champ de coquelicots nous fait rêver, en automne.

Ces champs sont une aubaine pour la biodiversité, de plus quoi de plus beau que ces parcelles de plantes messicoles, parfois oubliées !

Bourdon

Bourdon

Nounours le bourdon en approche finale, le coquelicot est si rouge, à ne pas confondre avec le pavot, plus pâle.

Benoite commune

Benoite commune

Baies de douce-amère

Baies de douce-amère

La benoite commune s’expose à la fraicheur d’un fossé et les baies de douce-amère ne rougissent pas de honte à côté des cenelles ou des cynorhodons.

Sacrée vache

Sacrée vache

Quand on se relève d’une haie après avoir capturé une macro, on peut tomber nez à nez avec une petite curieuse.

Coprin radié

Coprin radié

Stellaire des bois

Stellaire des bois

Ce coprin(radié?) est un tout petit champignon, non loin de là la stellaire des bois dans son habit de gouttes.

Morille du diable

Morille du diable

La morille du diable ou phallus impudique, n’a rien pour plaire, pourtant elle peut être consommé très jeune. Les mouches ont emporté la partie vert olive fertile puante qui recouvrait le chapeau du champignon.

6 pensées sur « Frugale magnificence »

  1. Bravo! quelle jolie série!
    Pour se régaler de flore, c’est vraiment chez toi!
    En plus on en apprend sur leurs noms! De ce côté, j’ai de sérieuses lacunes, mais on ne peut pas tout faire!!
    La vache est “terrible”!!
    J’aime aussi bcp les Coprins et la Stellaires!
    Très belles photos!
    La morille du diable ou phal­lus impu­dique ou…. même et surtout Satyre PUANT à terme!! LOL!!
    Bonne journée, Zip!

  2. Quelle belle série pour illuminer un jour gris où le ciel déverse ses grandes eaux.
    Les coquelicots reviennent petit à petit, mais les bleuets qui leur ternaient compagnie ont plus de difficultés!
    Le regard de la vache est magnifique . Ici je n’en vois guère!
    De belles mises en valeur de ces petites plantes qui ont chacune leur beauté , que le soleil ou même la pluie rendent encore plus belles.

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *