Pensée pour un hérisson

Le super pouvoir du photographe doit être en ce moment l’imperméabilité, des chaussures, de ce qui recouvre ses genoux et de son appareil. Car après la pluie vient, la pluie. Mais quel plaisir entre-temps d’admirer ces paysages divers denses et humides de végétation. De plus, l’homme n’est pas seul dans ces pauses ensoleillées, les oiseaux, les insectes, les animaux pointent aussi le bout de leurs museaux…

En lisière de forêt

Pensées

Pensées

À l’entrée d’un petit chemin qui se faufile dans les bois, une pensée qui a du essaimé et qui retourne à sa nature sauvage. Non loin de là une boule de piques s’agite…

Le hérisson

Le hérisson

Un hérisson farfouille dans les herbes humides, prend la pose puis repart, en se faufilant dans les touffes d’herbes dont l’agitation ne sera plus que le seul signe visible de sa présence.

Raiponces en épi

Raiponces en épi

La raiponce en épi, originale fleur des sous-bois est particulièrement présente en nombre cette année, sa tige est parfois comme une colonne tortueusement enroulée sur elle-même et son épi semble attirer les insectes.

Libellule déprimée femelle

Libellule déprimée femelle

Une libellule présente ses délicates et magnifiques ailes aux rayons du soleil, pas très loin d’elle à travers une forêt de brins d’herbe se trouve son exuvie, dernier vestige de son ancienne vie de larve, j’assiste donc à la fin d’une émergence et devant moi se trouve une nouvelle libellule. Quelques minutes plus tard, elle n’était plus là, en vol vers sa nouvelle vie qui, si elle se déroule sans accrocs, pourra atteindre la vénérable durée de plusieurs mois.

Grande consoude

Grande consoude

Rare, mais fidèle au rendez-vous, la consoude invite un bourdon à l’apéritif. Très mellifère son nectar est pourtant difficile à atteindre, le bourdon devra peut-être grignoter la paroi extérieure de la fleur.

Dans les champs

Champ de maïs

Champ de maïs

Le sable se déplace au gré des pluies dans ce champ de jeunes maïs qui formeront plus tard une forêt inextricable de fiers épis dorés.

L'oiseau et le champ de colza

L'oiseau et le champ de colza

Un petit oiseau surveille la maturation des graines de colza. Bien que le vol et les couvées nécessitent beaucoup d’énergie ce n’est pas ce petit oiseau là et ses camarades qui feront bien des dégâts à ces cultures. Le colza étant mellifère, il est un ingrédient de base des miels de printemps.

Le champ des arbres

Le champ des arbres

Dans ce champ, la petite oseille forme de petits tapis à travers les arbres plantés. C’est une plante basse discrète qui apparait en mai et qui lorsqu’elle est présente en grand nombre teinte les champs d’une couleur rouge.

La forêt

La forêt

Au loin l’averse approche sur les arbres de la forêt dont la densité du feuillage est représentative de cette saison, il est temps de filer.

Parfois la mauvaise météo fait hésiter, voir désespérer et puis quand on se lance finalement on apprécie et on a même quelques surprises, bien conscient de chaque moment précieux qui est offert.
Malgré tout quand certains dictons se vérifient « Pendant le joli mois de mai, couvre-toi plus que jamais. » il n’est pas sûr qu’ils fassent tous l’unanimité « Mai pluvieux, laboureur joyeux. » cette fois…

10 pensées sur « Pensée pour un hérisson »

  1. là tu t’es lâché pour nous offrir de superbes photos ..
    va falloir que je trouve des petites pensées sauvages pour mettre dans une plate bande, je trouve les couleurs sublimes !

  2. Ah, ce temps!
    Eh bien l’ami tu en as profité malgré tout pour sortir de biens jolis clichés de ton chapeau…. imperméable aussi j’imagine!!
    Trop mignon ton nérisson!!
    Et ta consoude, une merveille! Il en a de la chance le bourdon, de quoi se griser!!
    Bizzz et bonne journée, bien détrempée pour moi aussi!

  3. Estelle, ah oui dominante violette ! j’ai photographié des pensées des champs aussi, toutes blanches, mais j’en étais pas satisfait, j’espère y retourner. A+

    Framboise, ces petites pensées là on doit pouvoir facilement en trouver il y a en dans tous les jardins, ça doit être des espèces issues de la pensée sauvage tricolore, blanche, violette et jaune.

    Noushka, ça ne s’arrêtera jamais ! :/ A la mode cet été le poncho imperméable ! Bises !

  4. Dure dure cette année avec cette pluie qui ne voulait pas nous quitter !! Très peu d’insectes pour l’instant, je n’ai jamais vu ça et cela devient même angoissant… Certaines libellules sont mortes lors de l’émergence, surprises par la plus et le froid 🙁
    Ta photo de raiponce me plaît beaucoup et le hérisson, j’adore bien-sûr ! 🙂
    Le petit oiseau sur le colza est un Traquet tarier.

  5. Jolie promenade colorée. Je ne vois jamais de hérisson et je le regrette bien. La Consoude est une plante très utile.
    Les pluies importantes profiteront cet été , j’espère , à la végétation. Chez nous jamais la garrigue n’a été aussi fleurie et verte.

  6. C’est vrai que la végétation explose par endroits, c’est incroyable cette année.
    Il parait qu’il y a une tribu de hérissons avec des petits qui se baladent dans les jardins par chez moi, mais je les aient pas vus, j’en vois rarement en fait.

  7. On ne se connaît pas; je passais par là, par hasard (comme on dit), à la recherche de beauté. Je l’ai trouvée,dans les images mais aussi dans les paroles, tellement tout est simple et sincère ici.
    Je laisse donc mon empreinte sur la pierre:-)

  8. Merci beaucoup. 🙂
    Naïvement peut-être je trouve que la simplicité est la méthode la plus sincère pour représenter une beauté qui est à la fois éphémère et sans cesse renouvelée.
    Mais si vous lisez mes billets parfois il peut m’arriver de compliquer les choses. ^^’

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *