Sensations

La nature est tout ce qu’on voit,
Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.
Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit,
Tout ce que l’on sent en soi-même.


Elle est belle pour qui la voit,
Elle est bonne à celui qui l’aime,
Elle est juste quand on y croit
Et qu’on la respecte en soi-même.


Regarde le ciel, il te voit,
Embrasse la terre, elle t’aime.
La vérité c’est ce qu’on croit
En la nature c’est toi-même.

À Aurore, George Sand

Moi même je resurgis, tel un rejet de la terre mère, après une longue et ressourçante absence.
La vie nous mène ainsi, et nous propulse parfois sur les bords écumeux d’une publication nature.
Mais sans avoir oublier la photographie, en conservant curiosité et soif de connaissance, un nouvel objectif en main.
Surtout je m’ouvre à ces sensations printanières si vivantes et ambivalentes.
Le poème de George Sand est épris d’un idéal si simple et si complexe à la fois, naïf mais vrai.
Et c’est probablement par cette voie que je montre ainsi encore la vie qui nous entoure, avec des photographies tantôt graphiques, tantôt poétiques, voir les deux.

Vestiges d’hiver

[Not a valid template]

Une de mes premières sorties photo, c’était déjà en février, à cette époque peu de végétation, mais un arbre étonnant.

[Not a valid template]

Après l’hiver, la nature cicatrise et bourgeonne.

Écorces

[Not a valid template]

Au printemps la lumière adoucit la barbe des arbres.

[Not a valid template]

Un paysage se révèle à travers l’écorce.

[Not a valid template]

Vers un autre monde, suivez le lièvre.

[Not a valid template]

Sous l’écorce, la plage, sable et petits pieds.

Les orchidées sauvages

[Not a valid template]

Dans les bois, l’orchis mâle en floraison.

[Not a valid template]

Après les anémones, les scilles, et les jonquilles, les orchidées composent le bouquet final.

[Not a valid template]

De simples et belles orchidées sauvages sur le même terrain où poussent les jonquilles.

Ficaires et jonquilles

[Not a valid template]

Les ficaires apparaissent tôt au printemps et illuminent les derniers voiles de l’hiver.

[Not a valid template]

Les jonquilles apportent fraicheur et espoir, d’un printemps doux et léger.


Ouvrez les mirettes, les fenêtres, l’esprit et profitez bien de ce printemps, à bientôt.

Dites moi ce que vous en pensez

  1. « Après l’hiver, la nature cicatrise et bourgeonne ». C’est tout un poème cher Fabrice! Tu as ce pouvoir de voir au-delà des apparences et c’est libérateur. Merci beaucoup pour toutes ces merveilles et tes mots qui les accompagnent. Je t’embrasse ❀*•.¸¸♪

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *