Januspater

Il ouvre la porte le matin et la ferme le soir, Janus, le père, le Romain, a donné son nom à janvier, un des mois les moins hospitaliers de l’année pour son climat, c’est aussi le mois du Nouvel An, le premier d’une nouvelle année. L’hiver est plutôt doux, il n’aura pas démérité de sa pluie coutumière et donne parfois l’impression que le printemps n’est à sa porte, oui, mais il y a de quoi affoler la végétation, même les oiseaux n’approchent guère des jardins. Souvent figuré par deux visages dans une même tête, l’ancien Janus garde toujours le passage, et ses secrets.

Entre-deux

Crépuscule végétal

Crépuscule végétal

Le soleil se couche très tôt et enflamme l’horizon en un laps de temps plutôt court, et rapidement cet intervalle entre chien et loup laissera la place à la nuit.

Loire et lianes

Crépuscule des ondines

Crépuscule des ondines

Comme le serpent, le lierre

Comme le serpent, le lierre

Il n’était pas encore trop tard pour capture un cliché de ce soleil qui poursuit son chemin, hors de notre espace visible. Les feuilles du lierre sont de deux formes possibles, ici les feuilles de base palmatinervées, caractéristiques, ce qui est étonnant comparant aux autres qui sont plus en hauteur et très exposées à la lumière du soleil, voir dans la deuxième photo ci-après.

Les arcs et le mur de lierre

Le passage

Le passage

Les arcs du pont semblent délimités le temps et l’espace, passé, présent et futur, vision d’une nature en devenir.

Le mur du temps

Le mur du temps

Le temps à façonner les briques de ce vieux mur où grimpent les feuilles ovales des tiges florifères du lierre, avec les grappes de ses fruits.

Entre soleil et lune

Eldhrímnir

Eldhrímnir

Le pieu du pré est planté devant une atmosphère spectaculaire de soleil couchant.

Lune bleue

Lune bleue

Entre les fruits des charmes, la lune, qui attend.

Fin de cette série, quand une porte se ferme, une autre s’ouvre, le végétal régnera de nouveau, bientôt.

5 réflexions sur « Januspater »

  1. Oui! Je ne me suis pas trompée!!
    Voilà donc une bien jolie publication avec des couchers de soleils effectivement spectaculaires! Le graphisme du second est étonnant par les diagonales des nuages.
    Ta première photo est magnifique, une belle vision de la nuit qui qui reprend ses droits et terrasse un soleil en déclin.
    Ca valait bien la peine d’attendre! 🙂
    Bizzz et bonne soirée, l’ami!

  2. @Noushka, (j’ai vu tes coms en doublons, je ne pense pas avoir de vrai problème au niveau du code alors c’est peut-être la connexion niveau serveur.)
    Attendre vaut la peine, mais des fois le temps d’arriver au bon endroit on loupe l’instant i. 😀
    Bises

    @Framboise, ah du lierre toi aussi ??
    Non, j’ai passé du temps à mettre à jour de vieux articles, ça ne se voit pas trop.
    A bientôt 🙂

  3. Des images pleines de poésie…
    Ces couleurs chaudes de fin de journée font vite oublier cet hiver plus souvent gris et humide que lumineux !!!
    Plus que jamais, le robuste lierre attire l’oeil avec ses superbes feuilles découpées et subtilement colorées, recouvrant les vieux murs d’où se jettent des brassées de feuilles simples et brillantes remplies de jolis fruits bleus…
    Très BON dimanche à toi 🙂

  4. Entre deux saisons , celle qui a donné ses fruits et nous permet d’attendre la suivante .L’hiver nous donne du temps, parfois il faut faire preuve de patience.
    Tes illustrations comme d’habitude sont superbes. J’admire!

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *