Joli mai

Joli et luxuriant mois de mai, où le muguet parfume les sous-bois, l’épine blanche et les acacias les haies.
Les choucas nichent dans les trous laissés par les branches mortes des peupliers, les mésanges dans les boites des jardins, les merles dans les buissons, mais où niche la fauvette ?
La nature court vite, c’est la saison du lièvre, partout où le regard se pose elle déploie son ingéniosité.
Et déjà, les coquelicots, et déjà, les bleuets, déjà…

Lire

Le merle noir

Que ce début de printemps fût avare de lumière !
Qu’importe, sous cette apparence peu généreuse la nature se porte très bien.
Au jardin tout un univers, merle noir et nouvelles générations.

Lire

Sous les acacias

Si le printemps est généreux, la météo l’est moins, la faune et la flore sont en avance sur le calendrier et il en résulte une belle activité dans la nature.
Mais la pluie, les orages, le manque de luminosité sont les ennemis du photographe.
Malgré tout, heureusement, même ponctuellement, on peut croiser bien des choses surprenantes sous la pluie de pétales d’acacias.

Lire

Fleurs d’aurore

Odeurs discrètes et florales dans un air doux et frais, le printemps se pâme et dore ses prés.
Les fleurs fragiles et éphémères du prunelier disparaissent déjà quand d’autres apparaissent.
Le lézard prête le flanc à la moindre chaleur solaire et les aigrettes s’envolent.

Lire

Bois et jonquilles

Fraicheur boisée pour cette série qui prend un petit peu de recul sur son environnement afin de révéler le milieu tel qu’il est abordé.
Je voulais montrer cette fois la densité florale de la forêt au printemps, imperceptible en gros plans.
Une forêt qui n’a pas encore totalement reverdi, mais qui regagne progressivement une animation qui fait tant de bien, en sortie d’hiver.

Lire

Floralia

La fin de cette année 2013 est proche, pour marquer ce passage j’ai déniché des clichés inédits pris plutôt au début de cette année.
Principalement des fleurs, ce qui permet de travailler la couleur d’une manière plus artistique et de donner plus d’ambiance.
Douces sauvages, fragiles et indomptables, tels sont ses hérauts, et l’œuvre de Flore n’est pourtant pas dénuée d’une puissante force de vie.

Lire

Tombées du soleil

Ça doit être ça le paradis, un chemin parfumé par les fleurs d’acacia avec de subtiles notes de sureau.
Ici tout vit et meurt à son rythme, comme si la réalité allait bien au-delà des apparences et des perceptions.
Dans cette nature folle, domestiquée, mais néanmoins farouche et indépendante, l’humain plonge cependant dans un bain de quiétude.
Source de raffinement la fleur est alors une inspiration brute et éphémère, bleuets, digitales, églantine, chèvrefeuille : quels sont vos intimes secrets ?

Lire