Botanicula

Nous sommes tous fascinés par les formes et les couleurs graphiques des productions de la nature comme si nous observions la roue après l’avoir réinventé, or ne peut séparer inspiration et imagination comme on ne peut pas nous priver de notre oxygène ou encore il est absurde de croire réel le concept de plante si on ne peut l’envisager sans les échanges qui s’opère entre elle et son environnement. L’œuvre qui possède un sens plus ou moins complexe est toujours en fin de compte un hommage à la nature et c’est d’autant plus évident avec Botanicula.

L’amanite qui venait de l’est

Il était difficile de faire l’impasse sur cette production aux graphismes oniriques, mais très probablement inspirés de la macrophotographie, Botanicula est une œuvre issue d’un collectif d’artistes tchèques de l’académie des arts de Prague réunis dans un studio indépendant qui a acquis une certaine renommée dans le monde du jeu vidéo (notamment grâce à un autre jeu d’aventure nommé Machinarium, plus proche d’un univers robotique).

Micro cosmique

Le jeu d’aventure est loin d’être un genre facile qui mise tout sur l’action et les réflexes, ici les énigmes et la matière grise seront sollicitées. Tous les éléments visibles peuvent cacher un indice qui servira à débloquer votre exploration, une petite feuille cliquée pourra débusquer un insecte dans une pléthore d’animations amusantes. Il y a de quoi vous bloquer quelques minutes, mais aucune énigme n’est heureusement insurmontable. La bande sonore est aussi très agréable à écouter, bien équilibrée entre musique et bruits de la nature.

Verdict

Comme Botanicula surfe sur la vague de ces jeux qui tentent de déployer un talent capable de vous faire oublier son support pour vous immerger dans une ambiance et qui réussit on ne peut pas se plaindre, c’est très créatif et réussi, quoiqu’un peu court.

Et c’est paradoxalement cette poésie et cette imagination qui peuvent nous faire regretter un rêve utopique de fidélité à la réalité dans la création graphique, le caractère quelque peu puéril à l’avantage de plaire aux plus petits qui verront tout autant des éléments très réalistes comme une tête de pavot à travers des bestioles totalement imaginaires, mais ce n’est peut-être qu’un point de détail, car c’est avant tout l’émerveillement peu exigeant qui permet le tremplin essentiel au développement de la curiosité, qui s’affinera peut-être plus tard à travers un œil plus naturaliste.

Mais c’est certainement aussi pour les plus grands une simple, jolie et agréable pause récréative.

Version téléchargeable de démonstration sur Atomicgamer, le jeu est traduit dans plusieurs langues dont le français même si cela n’est nécessaire que pour les menus généraux.

5 pensées sur « Botanicula »

  1. Le graphisme est un peu simplet mais l’ensemble doit être certainement attractif pour les plus jeunes et sûrement leur donner le goût de la découverte de la nature!
    Une excellente idée!
    Bizzz et bonne journée, Zip!

  2. Voix yaourt, persos un peu grimaçants et grotesques, c’est difficile de vendre sans se plier à quelques effets de mode qui ont fonctionné tout un visant un public aussi large que possible.

    La petite salamandre ou tout autre magazine nature pour compléter la petite aventure ludique chez les jeunes, ça serait l’idéal.

    A bientôt !

  3. Je ne connais pas l’univers des jeux vidéo! Mais celui-ci a l’avantage de se situer dans un milieu moins violent et plus agréable que certains autres dont j’ai vu des extraits!

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *