Lueurs d’automne

« Les demeures des grands qu’admirent le vulgaire,

Sont de belles prisons dont l’éclat le séduit.

Les palais sont partout où nous savons nous plaire ;

Le mien est un Berceau que l’ambition fuit.

J’y goute un calme heureux, et mon âme est contente.

Sur un trône de fleurs, sous un dais d’arbrisseaux,

Je sens naitre, à l’aspect de mille objets nouveaux,

Un tendre sentiment dont la douceur m’enchante. »

Etienne Desnoyers

Le pont du canal

Le pont du canal

Le pont sur le canal nous ouvre un passage vers une campagne inondée de lumière. Mais revenons sur nos pas…

Le canal

Le canal

L’automne est à maturité, chaleur, reflets d’or et de rousseurs sous un concert mélodieux de chants d’oiseaux.

L'étoile des oiseaux

L'étoile des oiseaux

Etreinte automnale

Etreinte automnale

L’étoile solaire se repose doucement sur l’horizon lorsque les princes de l’azur volent dans le ciel clair.

Les lianes s’enroulent tels des serpents autour des arbres et leurs fleurs fournissent une dernière rasade de nectar aux abeilles.

Le platane d'or

Le platane d'or

Ecluse au coucher

Ecluse au coucher

En toison d’or tel un dieu, le mythique platane est le roi des lieux.

La nuit tombe sur la maison près de l’écluse, la lune couronne cette atmosphère apaisante où la présence humaine se signifie par un filet de fumée qui signale la présence de la douce chaleur d’un foyer dans la fraicheur ambiante de fin d’année. On peut humer les volutes qui émanent d’une soupe de savoureux légumes, l’appétit s’ouvre.

Coucher de soleil

Coucher de soleil

La journée s’achève par un embrasement final, ultime enchantement dont la nature a le secret.

12 pensées sur « Lueurs d’automne »

  1. Une superbe série qui rend un bel hommage à cette belle saison!
    Les reflets dans l’eau du canal rehaussent et dédoublent les couleurs..; C’est somptueux.
    La 2 et la dernières sont mes favorites!
    Bises et bonne journée, Zip!!

  2. Je reviens pour te dire que ce petit poème d’E. Desnoyers est merveilleux et si représentatif des sentiments qui animent les vrais amoureux de la Nature, comme nous!
    Bonne journée, l’ami!

  3. HEU…..
    Ton comm sur mon gomphe???
    “De moi vous osez vous fouter”??? (La Grande Vadrouille!!)

    Parce que tu crois que je ne passe pas un temps fou à tenter d’identifier correctement (si possible, tant qu’à faire!) mes bestioles??
    Pas la science infuse, moaaaaaaa!!!!!!MDR !!
    bises et A+!!!

  4. Re-moi!!!
    Faut dire que tu cherches mes réactions!! MDR!!

    “Il y en a de gros lézards qui lâchent rien pendant le repas, faut pas leur parler ils sont absents, miarf miamf miarfe c kro bon…ça vous rappelle des souvenirs n’est-ce pas ?”

    Si, comme moi, tu citais tes sources (très intellectuelles, je reconnais! arfff-arffff), je saurais de quoi tu parles!!
    Je ne me souviens que de “scro-gneu-gneu”!! Mais là, je ne dirai pas d’où CA sort! MDR!!!
    heureusement, tu me fais rire à presqu’en pleurer!! 🙂
    Chiao!!

  5. Toutes les saisons nous offrent leurs richesses, mais l’automne est particulièrement généreux. Entre l’opulence des récoltes, les oiseaux qui ont agrandi leur famille et les couleurs des végétaux, nous sommes gâtés. Ce sont les couleurs qui attirent le ragard et offrent les tableaux les plus somptueux: le canal est devenu ainsi rivière d’or!
    Les rainettes sont parfaitement immobiles dans la végétation , tout en me surveillant. Elles ne bougent que lorsque je suis très très près d’elles!

  6. @Noushka: Ptr, j’ai bien ri aussi, même si ça peut gompher on se marre, slurp, croaaa ?!
    Parlant de sources, je chine souvent sur Gallica pour trouver de vielles reliques parfois totalement inconnues.

    @Lucie: Ces rares journées où la lumière est parfaite permettent de “romantiser” des lieux très communs comme le démontre avec brio une citation de Novalis :
    « Le monde doit être romantisé. Ainsi on retrouvera le sens originel. […] Quand je donne aux choses communes un sens auguste, aux réalités habituelles un sens mystérieux, à ce qui est connu la dignité de l’inconnu, au fini un air, un reflet, un éclat d’infini : je les romantise »
    Ça ne déplairait pas à Millet.

    @La Mère Castor: Merci de ton passage, rare mais précieux.

  7. Merci pour ton passage très… z-ailé!!

    Oui ça fait du bien de rire!
    Je suis allé voir Gallica… Je ne connaissais pas!
    Mais il en faut du temps pour étudier tout ça! 🙂
    Bon, c’est pas tout ça… Tu nous sors bientôt des zolies photos??!!!
    Bonne soirée et à bientôt, Zip!!

  8. C’est sûr, identifier, classer, publier, difficile d’être dans le rythme éclair de la blogosphère.
    Des photos, oui, dès que la cuisson est terminée mais en ce moment c’est nettement moins prolifique !
    A+

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *