La sensibilité Iso

Ce que l’on pourrait croire, lorsque l’on est habitués aux compact et aux bridges, c’est que les réglages Iso sont absolus, comme à l’époque de l’argentique. Or il faut bien relativiser tout cela, le capteur numérique ne reçoit aucune modification de luminosité de la part d’un système mécanique. Tout ceci est électronique, en faible luminosité le signal du capteur est faible et le bruit toujours le même, l’iso est un coefficient qui va augmenter le signal et aussi le bruit.

Maintenant l’on sait que le plus petit iso est un facteur de qualité, alors qu’en pratique les appareils disposent de toute une gamme d’iso, certains allant même jusqu’à 3200. Les questions qui se posent sont alors les suivantes, dans quelles conditions doit-on augmenter la valeur des iso et avec quel matériel?

Contradiction, nous avons l’habitude de monter en iso quand le temps devient moins lumineux et que nous avons besoin de plus de luminosité. Or notre besoin de qualité nous pousse à diminuer les isos dans n’importe quelles conditions.

Certains appareils pourront réaliser cette montée sans trop subirent les dégâts dûs au bruit, et ici la qualité du capteur est un point crucial, et surtout la taille de chacun de ses photosites, car plus celle-ci est grande, plus de lumière est enregistrée par le capteur et moins l’on est forcé d’augmenter le signal. C’est ce qui fait la grande différence entre les compact bas de gamme et les reflex.

Il demeure que lorsque la lumière est suffisante, diminuer l’iso est un réflexe à acquérir, en été c’est indispensable. Dépasser cette pratique demande une grande confiance en la qualité de son appareil numérique, et très peu en sont capables.

Il est vrai que l’absence de bruit ne fait pas tout, et peut-être même que dans un futur utopique des logiciels “faiseurs de bruit” couteront la peau des fesses pour les rendrent granuleuses et ainsi plus réalistes, peut-être même que cela sera un nouveau mouvement artistique. Toujours est-il que pour avoir l’apparence d’une photographie professionnelle il faut soigner son bruit, surtout si l’on cherche à imprimer quelques clichés.

Scille printannière

Scille printannière
Image 1 parmi 1

Scille printannière

Meta données

Appareil / Type DiMAGE Z3
Ouverture F 4.5
Longueur Focale 10.276794433594mm
Vitesse du volet 1/400sec
Date / Heure 1235951035

C’était la première fois que je réussissais à mon goût des clichés en mode manuel, le tout en iso 50, dans le clair obscur d’une forêt, le résultat est caravagesque et les fleurs sont mises en valeur.

N.B.: Les écrans modernes LCD sont plus sensibles au bruit que les écrans cathodiques, c’est mon impression, on peut remarquer aussi qu’imprimer une photo en haute résolution sur un format classique 15×10 peut faire taire quelques bruits.

En savoir plus sur la sensibilité iso sur photographiz.com.

Dites moi ce que vous en pensez

  1. Elle est belle ta photo!
    Très intéressée, la gourmande!! LOL!!
    Sais-tu que dans le Science et Vie de Janvier 2010 il est question de reflex chez Nikon (D3s) comme chez Canon (ID Mark IV) capables de travailler avec une sesibilté de 102 400 ISO!!!
    Les ombres ne seront plus un problème et encore mieux: La photo numérique de nuit sera presque parfaite ainsi que le mouvement!
    Début 2011 on devrait pouvoir les toucher vers 2500€!
    Il y a un bon moment que je mets de côté… Je crois que vais attendre encore jusque là!!
    Ca fait rêver, non??!!
    Bonne soirée, Zipanu!

  2. Oui erf, ça fait rêver, je vais jeter un œil sur ce monstre.
    C’est bien de mettre de côté, je ne sais pas si ce boitier est vraiment une étape technologique qui fera date, mais fais attention à l’optique, c’est aussi important.
    Pour moi l’année 2010 est synonyme de passage au reflex, 🙂 pas du tout du matériel de foudre, juste un 6 mégapixels d’occasion.
    Bonne soirée à toi aussi et à bientôt.

  3. C’est une très belle photo! Je fais du numérique depuis le siècle dernier, cad 1999! Et l’évolution des appareils a été fantastiquement rapide! Dans le domaine de la montée en ISO aussi!Il n’y a pas de comparaison entre les premières images et celles d’aujourd’hui.
    Mais , comme toujours une belle photo c’est une belle lumière! Alors je me sers des iso pour saisir un insecte ou un animal que je ne pourrais pas retrouver dans des conditions normales, comme un document!

  4. Très intéressant ton article sur le problème ISO. Je prends note pour mes premiers essais en manuel.
    Tes explications sont claires et précises sans être du jargon. Je me réconcilie avec la théorie photo, grâce aussi aux articles de Cathy.
    Merci de partager tes connaissances.

  5. C’est vrai qu’il faut soigner ses réglages pour avoir de “bonnes” images, les iso bien entendu, mais aussi ouverture, vitesse…
    Tu verras, le reflex va changer ta façon de photographier 😉

  6. L’expérience explique la qualité chez Lucie. 🙂
    C’est vrai que si on pense aux premiers appareils numériques…ça va très vite la technologie.

    Merci Monic, en tant qu’autodidacte, j’ai bien conscience des difficultés que l’on peut avoir en compréhension.
    Et puis cela peut arriver que je ne sois pas clair mais quand cela arrive c’est que j’ai rater mon objectif!

    Ouverture, vitesse, oui, j’aurais peut-être plus de possibilités en effet. 🙂

  7. Tu as raison d’insister sur le réglage minimum des ISO en règles générales. Mais comme toujours en photo, à part dans les conditions idéales, il faut souvent faire un compromis entre vitesse et ISO. Une autre question de pose aussi en situation peu lumineuse (comme en sous-bois): vaut-il mieux un coup de flash (avec ou sans diffuseur) et moins d’ISO, ou une lumière naturelle et une montée en ISO?
    C’est vrai que le problème des ISO se révèle surtout en grand ou en tirage papier. A cela s’ajoute un autre bruit, tout aussi disgracieux: le bruit de couleur. On trouve maintenant d’excellents logiciels pour réduire le bruit, mais qui dit trop de réduction de bruit dit perte de netteté, souvent grave en macro. En général, lorsque je prépare un fichier pour tirage ou envoi, je réduis le moins possible le bruit, quitte à le réduire différemment selon les zones de l’image.
    Tout cela dépend de chaque appareil, des objectifs et des conditions de prise de vue. Pas de recette magique (ou je ne la connais pas), mais apprendre à connaitre la façon dont réagit son matériel selon les conditions, et avoir un bon objectif.
    Enfin, je suis d’accord avec toi: le bon vieux grain des photos nocturnes a son charme! Et ces photos gardent le vent en poupe, non pas en “photo nature”, mais en photo artistique, urbaine, photo de mode…
    Enfin, comme le dit Coralie, le reflex ouvre les portes d’un autre monde!
    Bon week-end

  8. J’ai essayé une fois le flash(incorporé) en sous-bois et ça peut être utile dans des conditions impossibles, mais devant ces difficultés je préfère abandonner je le reconnais.

    Par contre en diminuant la puissance du flash et en l’utilisant en plein jour ça débouche quelques ombres, idéal pour les portraits, le reste il faudrait essayer.

    Tu dois avoir beaucoup de travail en tirage d’art pour éliminer le bruit.

    A bientôt.

  9. Eliminer le bruit ne me prend pas longtemps (travail en raw avec Capture NX: un excellent logiciel pour nikon). Je soigne vraiment mes photos à la prise de vue, pour avoir un débruitage minimum à faire, souvent seulement dans une ou deux zones un peu plus sombres ou contrastées. Et mon boîtier est optimisé pour 200 ISO et aucun pb de bruit jusqu’à 400. Le plus long, c’est le zoom 100% et l’enregistrement du fichier raw… trop lourd et parfois l’ordi rame!

  10. C’est sûr que le mieux c’est de bien prendre la photo dès le départ sur tout les points.
    Si l’ordi rame et n’est pas trop vieux, il faut ajouter de la mémoire vive, pour avoir au minimum 2go.

  11. Oui là, avec des fichiers pareils… Mais c’est bien d’avoir autant de ram, j’osais pas le dire mais il faut bien ça si l’on veut un minimum de confort dans son travail de développement ou de retouche numérique.

    A bientôt. 🙂

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *