La photo rapprochée

Pratique de la photo rapprochée

Le livre de Bryan Peterson

 

 

Dans un style clair et sans jargon, Bryan Peterson présente l’équipement nécessaire à la photo rapprochée, livre des conseils sur la profondeur de champ et l’ouverture, l’exposition – correcte ou créative –, les reflets spéculaires ou halos optiques… Il donne également de précieuses indications pour composer des gros plans réussis ou restituer au mieux une texture, des couleurs vives ou subtiles.

Bryan Peterson se distingue aussi par son regard, original et créatif. Une goutte de pluie ou de rosée ? Oui, mais sur les plumes d’un oiseau ou sur le pare-brise d’une voiture… Un bourdon butinant une fleur ? Oui, mais en saisissant le délicat contour d’un pétale… Il invite à porter un autre regard sur les lieux qui nous sont familiers, à nous en rapprocher et découvrir tout un univers de sujets peu conventionnels.

Pratique de la photo rapprochée est un guide technique et une inestimable source d’inspiration. Tous les photographes, amateurs ou confirmés, adeptes de l’argentique ou du numérique y trouveront des conseils pour développer leur créativité.

L’auteur est un photographe professionnel, Bryan Peterson et il n’est pas à son coup d’essai en librairie, ses ouvrages semblent appréciés.

Ce qui frappe l’œil (et un oeil un peu exercé à la mise en page) d’emblée avec ce livre, c’est l’absence de tout type d’ornementation super­flue, la com­po­si­tion semble archaïque, mais demeure effi­cace. Comme l’écriture de Bryan Peterson, pas de place ici aux termes tech­niques et com­pli­qués sur les­quels des polé­miques sans fin s’enchaineraient. C’est un guide très simple qui va droit à l’essentiel, bien rem­plir le cadre, cadrage du pre­mier plan et de l’arrière-plan en lar­geur ou en hau­teur, etc.

Certes il y a des pas­sages que je trouve tota­le­ment bizarres comme celui sur le bon usage de la balance des blancs où l’auteur se règle sur « incan­des­cent » pour une pho­to­gra­phie d’un pis­sen­lit perlé de rosé sur un fond de lever de soleil, l’effet pro­dui­sant alors une « image froide qui semble avoir été prise au clair de lune », cha­cun ses goûts ! Ceci dit et autre point inté­res­sant de cet ouvrage le champ est donné pour une créa­ti­vité sans freins et il est bien recom­mandé de ne pas s’imposer de limites en cette matière là.

Comme je le disais en extrait sur la page d’accueil, le bou­ton de contrôle de la pro­fon­deur de champ est un point qui m’avait échappé mal­gré mon « éplu­chage » de manuel. Le manuel disait bien que l’on pou­vait en appuyant sur le bou­ton avoir une idée de la pro­fon­deur de champ, une chose que l’on ne voit pas cor­rec­te­ment dans le viseur sauf si l’on ouvre au maxi­mum son ouver­ture.
Malgré cette expli­ca­tion juste, un pre­mier test de ce bou­ton m’a mon­tré un viseur assom­bri et je n’ai pas noté d’intérêt fon­da­men­tal j’ai donc aban­donné le sujet.

Or dans le livre lorsque j’ai vu trois pho­to­gra­phies à dif­fé­rentes valeurs d’ouverture (qui modi­fie tota­le­ment l’aspect de vos arrières plans, en les flou­tant plus ou moins, l’intérêt étant de trou­ver un juste milieu per­ti­nent), je me suis rendu compte de l’importance de mai­tri­ser ce bou­ton.
L’astuce est donc de main­te­nir appuyé ce bou­ton tout en modi­fiant l’ouverture et ainsi on a le contrôle sur la pro­fon­deur de champ et donc sur l’apparence des arrières plans.
Une bonne chose de fait !

Voila donc aux éditions Pearson un bon ouvrage destiné aux amateurs de photographie rapprochée que ce soit avec ou sans patate.


Site web de Bryan Peterson.
Notez aussi ses autres ouvrages, Pratique de la photo créative, Pratique de l’exposition en photo numérique et Pratique des vitesses lentes.

5 pensées sur « La photo rapprochée »

  1. bonjour zip
    j’ai lu avec interét , ton article , maintenant je sais pour la profondeur de champ , chose que j’avais légèrement oublié , pendant mes prises de vue , peut on acheter ce livre !!!
    zip passe une bonne journée
    amicalement
    jean michel

  2. Bien intéressant, surtout que je travaille beaucoup avec ma vitesse, plutôt qu’avec l’ouverture!
    Merci de nous l’avoir fait connaître!
    Bonne journée, et à bientôt, Zipanu!

  3. Merci pour l’information, je vais essayer de noter cet ouvrage dans mes futures acquisitions….l’apprentissage n’est jamais complètemet terminé dans le domaine photographique.

  4. Re-bienvenue Corinne !

    On peut trouver le livre dans les crèmeries habituelles J-Michel, librairies, sur le web, etc.

    @Noushka une vitesse rapide équivaut à une grande ouverture ça doit revenir au même mais ça doit être plus délicat à gérer, enfin ça dépends de ta pratique.

    C’est clair Roger, pour une faire une analogie avec une citation qui traite aussi de l’apprentissage mais certes dans un tout autre domaine à savoir la médecine par Hippocrate :
    “La vie est courte, l’art est long, l’occasion fugitive, l’expérience trompeuse, le jugement difficile.”

Laisser une empreinte empreinte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *